Objet:

L'école Brunnmatt

Sous-titre:

Ouvrage de construction ou ouvrage d'art, réparation du béton ou artisanat et amour du détail

Date:

09.12.2014

Ville:

Bern, Suisse

Réalisation:2013
La tâche:

L'école Brunnmatt à Bern est implantée dans un espace relativement étroit entre le carrefour et les bâtiments existants. Afin de remettre en état la cour de récréation et de pouvoir continuer de garantir la sécurité des élèves, une rénovation de la cour de récréation a été effectuée entre le printemps et l'automne 2013.

Utilisation du produit:

PCI Nanocret R4 SA

(ancien nom: EMACO S80)

Propriétaire:

Urbanisme de Bern

Société:

Marti AG, Moosseedorf

Objet:
L'école Brunnmatt à Bern est implantée dans un espace relativement étroit entre le carrefour et les bâtiments existants. Afin de remettre en état la cour de récréation et de pouvoir continuer de garantir la sécurité des élèves, une rénovation de la cour de récréation a été effectuée entre le printemps et l'automne 2013.
Dans le cadre de cette rénovation, une réparation du béton non armé du mur d'enceinte datant d'env. 100 ans était nécessaire. Le mur en béton était fortement fissuré et présentait des altérations dues aux intempéries. Un détail intéressant de ce mur est constitué par les joints, qui doivent imiter un mur en pierres naturelles. Le but de la réparation du béton était de rétablir l'aspect du mur en béton tel qu'il devait se présenter il y a de nombreuses années.
Le mur lui-même a un développement d'env. 140 mètres et une hauteur variable de 0,5 à env. 2,0 m. Sur le mur est encastré un ancien garde-corps métallique fixé à la face arrière du mur.
Variante d'entreprise:
Comme exécution de départ, on avait prévu un remplacement complet, le maintien le plus exact possible de l'apparence des joints étant souhaité. Ceci imposait d'abord de relever la géométrie existante de la paroi et de la répartition des joints. Ceci eut lieu à l'aide d'anciens plans et de photographies, qui furent transférés dans un modèle 3D.
Comme en cas de reconstruction complète du mur par des travaux de bétonnage classiques, l'ancienne apparence des joints n'aurait pu être réalisée que par des intercalaires dans le coffrage, l'entrepreneur proposa la variante avec la réparation du béton. Les variantes furent comparées entre elles et il s'avéra que la solution la plus économique était celle de la réparation du béton.
Détails d'exécution:
L'étendue réelle de la réparation apparut seulement lorsque les parties fissurées qui n'étaient plus portantes eurent été éliminées. L'enlèvement du béton c’est effectué par bouchardage car le béton était déjà tellement abîmé qu'il pouvait ainsi être enlevé sans émettre trop de bruit. Ce qui restait du mur ne permettait plus de le reconnaître à son état d’origine. Par contre, il offrait une surface très rugueuse, idéale pour l'application d'un mortier de réparation par projection.
Les épaisseurs d'application se situaient entre 10 et 250 mm. Le matériau manquant fut reconstitué en plusieurs étapes de travail. Avant la dernière couche d'application, le couronnement du mur entre-temps intégralement éliminé, fut remplacé par un élément préfabriqué de façon à se trouver env. 10 à 15 mm en dessous du niveau à atteindre. La surface de l'élément préfabriqué a été rendue rugueuse par sablage pour assurer l'adhérence du mortier de réparation Emaco S80 (nouveau nom PCI Nanocret R4 SA). Des bandes préalablement projetées garantissaient le respect du niveau final du mur. Immédiatement après l'application projetée, le mortier fut lissé aux cotes exigées et laissé au repos jusqu'à l'obtention de la résistance nécessaire pour réaliser les joints.
Artisanat:
L'ouvrage d'art n'est devenu ce qu'il est aujourd'hui que parce que l'entrepreneur a généré beaucoup de réflexion dans l'exécution de cet ouvrage de construction. C'est ainsi qu'un outil spécial fut développé dans l'atelier de mécanique de l'entreprise en collaboration avec l’employé chargé de réaliser les joints, ce qui permit d'obtenir une apparence des joints rectiligne et uniforme. L'outil devait naturellement être adapté de manière optimale pour l'artisan des joints, aux différents rayons de l’objet, du matériau et l'avancement du travail. Le dessin des joints fût toujours exécuté par le même employé afin d'obtenir ici une apparence constante.
Pour la réalisation des arrondis supérieurs, on a utilisé un outil en bois plus simple. Ces arrondis devaient être exécutés avec le même soin également pour les rayons du mur par rapport aux escaliers d'entrée. Cette double difficulté n'est aujourd'hui pas reconnaissable sur l'objet terminé, tous les arrondis ayant la même apparence.
Pourquoi Emaco S80:
Pour l'exécution réussie d'un tel objet, il est certainement important en premier lieu de connaître ses propres capacités et de pouvoir faire appel à une longue expérience dans des domaines similaires. En outre, l'évaluation de l'objet sur place et la connaissance du matériau à utiliser sont de la plus haute importance. L'aptitude au façonnage lors de la projection, le lissage, la finition et le tracé des joints doivent ainsi être adaptés de manière optimale l'un à l'autre. L'exécution doit pouvoir être réalisée impeccablement tant par des températures plutôt basses que par des températures plutôt élevées.
C'est pourquoi, en plus de tous les facteurs évoqués, cela requiert la conviction nécessaire, l'amour du détail et la possibilité de pouvoir réaliser ces travaux sans pression.
À notre époque actuelle, où les grosses commandes et la pression du temps jouent un rôle toujours plus important, il n'était selon les dires de l'entrepreneur pas toujours facile de disposer de l'équipe d'artisans correspondante.
Travaux d'environnement:
Devant et derrière, l'asphalte fut dégagé autour du mur, de sorte que le mur put être exécuté jusqu'en dessous du niveau initial du revêtement. On obtient ainsi l'impression que le mur sort du sol ou s’enfonce dans celui-ci.
Antigraffiti:
En raison de l'état de l'ancien mur, une protection contre les graffitis aurait été souhaitable. Celle-ci ne fut cependant pas réalisée pour diverses raisons. Ce mur sera donc soumis à l'avenir aux intempéries mais également à d'autres influences variables qui confèrent à un tel ouvrage d'art la dignité du vieillissement.